« L’imperium Romanum : du droit à la justification idéologique », par Hadrien Bru

Compte rendu de la communication d’H.Bru par Frédéric Spillemaeker

Hadrien Bru est Maître de Conférences (H.D.R.) à l’Université de Franche-Comté à Besançon, membre de l’Institut des Sciences et des Techniques de l’Antiquité. Son dernier ouvrage (avec G. Labarre et G. Tirologos) s’intitule Espaces et territoires des colonies romaines d’Orient, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2015.

Afin d’introduire la journée d’études, la communication d’Hadrien Bru nous permet d’examiner les racines de la notion d’empire dans le contexte occidental, mais aussi de comprendre comment elle s’est forgée au contact de différentes civilisations, en particulier des peuples aux confins de l’Empire romain comme les Parthes, les Scythes ou les Arabes. La mise en lumière du fonctionnement des structures de la domination impériale romaine nous amène ensuite, au fil de la journée, à raisonner par comparaison, en réfléchissant aux formes d’exercice du pouvoir dans d’autres espaces, a priori totalement différents, comme la Mésoamérique des Aztèques.

L’idéologie de l’Imperium romanum peut être comprise comme une domination s’exerçant à trois niveaux : une « fiction juridique », une emprise culturelle gréco-latine et enfin une justification de la violence de la conquête.

Les fondements juridiques de l’Empire : du droit civil à la « fiction juridique » de l’Empire

Le droit qui fonde l’Empire romain est un droit civil, destiné à régler les affaires entre citoyens. Les citoyens disposent d’un ensemble de droits qui les privilégient par rapport aux autres populations de l’Empire (femmes, esclaves, populations conquises). En 212, l’édit de Caracalla marque un tournant décisif en accordant la citoyenneté à l’ensemble des hommes libres de l’Empire.

Clifford Ando (L’Empire et le Droit, Invention juridique et réalités historiques à Rome, Paris, Odile Jacob, 2013), a montré comment le droit romain était appliqué à l’ensemble des populations dominées. Dans les faits, les Romains faisaient preuve de pragmatisme et s’accommodaient fort bien des législations locales, dont l’application était même encouragée. Le réalisme des conquêtes et des administrations impériales est une constante, qui amène à comprendre l’application des normes juridiques dans l’Empire romain. Pour les Romains, le droit était avant tout un instrument de domination, et toute application du droit qui ne permettait pas l’exercice efficace de cette domination était superflu. Même si Hadrien Bru relève que le pragmatisme n’est pas un frein à l’extension de l’esprit des lois du droit civil romain.

L’historien en vient ensuite à la définition du concept d’imperium : l’imperium romanum était un pouvoir de commandement civil et militaire qui donnait à un magistrat un pouvoir de commandement civil et militaire, conféré juridiquement et religieusement. L’imperium donnait le droit de lever et de commander des armées, mais aussi de rendre la justice et d’administrer des territoires, ainsi que de convoquer le Sénat et le peuple. C’est le terme « imperium » qui a donné le mot « empire » dans plusieurs langues.

Par ailleurs, « Empire » ( le terme est alors écrit avec une majuscule) est également le nom du régime autoritaire instauré par Auguste en l’an 27 avant notre ère. Mais Hadrien Bru explique qu’il faut bien distinguer ce changement politique de la poussée expansionniste et impérialiste de Rome, bien antérieure. En effet, c’est surtout au IIIème et au IIème siècle avant notre ère, lorsque les Romains triomphent d’Hannibal dans la Deuxième guerre punique, et des Séleucides en Orient que Rome connait sa principale progression territoriale. L’expansion a conduit à des transformations profondes de l’exercice du pouvoir, marqué par les ambitions croissantes des marchands et des généraux. Or, c’est bien l’extension considérable des volontés de conquêtes militaires et économiques qui a créé des conditions plus que favorables à l’institution politique de l’Empire.

La domination impériale : une emprise culturelle gréco-latine

L’institution du pouvoir autoritaire impérial détache l’Empire de toute limite temporelle ou géographique. Le pouvoir de Rome se déploie désormais sous la forme d’un imperium infinitum. Or, l’idéologie qui fonde ce pouvoir infini est fondée sur la vision du monde transmise par les Grecs, qui peut être qualifiée d’ « œcuménique ».

Hadrien Bru explique qu’à l’exemple de celle des Grecs, la vision du monde des Romains est centrée sur leur propre civilisation, mais dispose également d’un fort potentiel intégrateur. Ainsi, les Grecs situaient le centre du monde à Delphes, mais étaient également influencés par la pensée orientale concevant l’univers comme un Tout. Les Romains héritent à la fois de la figure d’Alexandre le Grand, cosmocrator, c’est-à-dire dominateur de l’Univers et d’une culture à dimension universaliste à travers les concours panhelléniques et les banquets notamment. Le monde connu des Grecs, l’oekoumène, devient l’orbis dans les discours romains : le monde connu et dominé par les Romains.

L’historien montre que la culture grecque est l’un des éléments-clé de l’extension du monde romain, en particulier en Orient, où la langue grecque dominait le latin : par exemple, l’empereur Caracalla rendit la justice en grec en Syrie. Or, la culture grecque, forgée dans un contexte de multiples circulations avec les civilisations orientales s’est transformée à travers d’intenses phénomènes d’hybridation. C’est ainsi que la toge pourpre impériale fut adoptée par Alexandre le Grand à l’exemple des Perses avant d’être transmise aux Romains. Hybride, la culture gréco-latine n’en devient pas moins dominante dans l’Empire. Elle exerce une emprise paradoxale dans les contrées où elle s’étend, puisqu’elle est toujours faite de transferts culturels et de circulations. Il faut aussi considérer sa dimension hégémonique, aboutissant à la disparition de certaines langues dans les territoires conquis comme le phrygien ou le pisidien.

L’idéologie au service de la conquête

Les différents dispositifs de justification idéologique mis en œuvre par les Romains étaient destinés à présenter la conquête comme un processus incontestable, comme une domination naturelle. C’est ce qu’Hadrien Bru appelle « l’exercice subjectif du droit de conquête. » Ainsi, comme le montrent les sources concernant les géomètres-arpenteurs des nouveaux territoires, il est normal que les terres des populations vaincues soient réparties en lots entre les vétérans romains.

Hadrien Bru a pu ensuite exposer le détail de l’entreprise de justification idéologique de la domination impériale, qui fonctionne à partir de multiples louanges faites aux empereurs. Les empereurs sont à la fois salués pour leur aptitude à la conquête et la domination, mais aussi décrits comme restaurateurs et libérateurs. Ainsi, une dédicace à Constantin Pius Felix Invictus, retrouvée sur une stèle réalisée au début du IVe siècle par le gouverneur de Pisidie, Valerius Diogénès, rend hommage au « défenseur de l’Etat, dompteur des peuples barbares ».

Les monnaies sont aussi l’un des éléments essentiels de la propagande : les empereurs y sont souvent honorés comme Reparatores, Liberatores ou Conservatores orbis, c’est-à-dire comme restaurateurs, libérateurs ou conservateurs de leur Empire.

Le discours impérial glorifie la puissance romaine, mais désigne aussi des ennemis, les « Barbares », qu’il faut combattre et détruire. C’est ainsi qu’Hadrien Bru a évoqué l’inscription de Ma’ayan Barukh (vallée du Haut Jourdain), laquelle qualifie l’empereur Julien de barbarorum extinctor, sans doute fin 362-début 363, à l’époque de sa campagne contre les Perses. Ces discours peuvent être compris comme l’expression d’une « rhétorique défiante », qui exprime à la fois une « domination œcuménique » et une « violence d’Etat. »

La disqualification violente du « Barbare », de l’Autre, dans le discours, n’exclut pas le pragmatisme de l’administration impériale sur au moins deux aspects : d’une part l’Empire ne peut s’installer efficacement qu’avec le concours des élites locales, auxquelles sont souvent accordées des fonctions prestigieuses, notamment religieuses ; d’autre part, le recours à des troupes locales est souvent une nécessité militaire pour maintenir le contrôle du territoire. C’est pourquoi, lorsqu’il le pouvait, le gouverneur de Syrie ou d’Arabie ralliait les tribus sémitiques nomades. La barbarie du reste est toujours une notion relative, comme l’expose Tacite lui-même, en plaçant dans la bouche d’un chef « barbare » nommé Calgacus la dénonciation de la violence et de l’injustice des méthodes déployées par les Romains dans le but d’asseoir leur domination sur le monde :

« Raptores orbis, postquam cuncta uastantibus defuere terrae, mare scrutantur […] Auferre, trucidare, rapere falsis nominibus imperium, atque ubi solitudinem faciunt, pacem appellant.»

Tacite, Vie d’Agricola, 30, 6-7 : « Pillards du monde, depuis que, ravageant tout, ils voient les terres leur manquer, ils fouillent la mer. […] Enlever, massacrer, piller, voilà ce qu’ils nomment, avec leurs mots trompeurs, empire, et là où ils créent un désert, ils appellent cela pacification. »

(traduction A.-M. Ozanam et P. Vidal-Naquet).

Conclusion

La communication d’Hadrien Bru a permis de mettre en évidence au moins trois éléments de réflexion essentiels sur la notion d’empire. Tout d’abord, l’historien a montré le lien intime qu’entretient l’idéologie impériale romaine avec la violence des armes : les discours impériaux permettent de justifier la conquête, de la légitimer et de la sacraliser. Nommer la destruction une pacification, et désigner la conquête comme une libération sont des procédés communs à bien des entreprises impériales, telles que les conquêtes coloniales des puissances européennes aux périodes modernes et contemporaines. L’Empire romain désigne aussi explicitement les ennemis qu’il combat et les disqualifie, même s’il doit souvent s’allier avec les élites locales ou recourir à des troupes d’auxiliaires. Enfin, aussi efficace qu’ait pu être la domination, elle ne fut ni universelle, ni éternelle : elle se heurta constamment à des résistances, les Parthes portèrent un coup d’arrêt à l’expansion des Romains à l’est, et les « Barbares » finirent par avoir définitivement raison de Rome en 476. Toutefois, l’Empire romain demeura en Orient à travers l’Empire byzantin jusqu’au XVème siècle, et les héritages de l’emprise culturelle gréco-latine subsistèrent bien plus longtemps encore.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *