« Territoire, guerre et politique à l’époque aztèque », par Loïc Vauzelle

Compte rendu de l’intervention de Loïc Vauzelle par Quentin Schwanck.

Loïc Vauzelle est doctorant contractuel à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes à Paris, au sein du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités. Sa thèse d’ethnohistoire, Parures et attributs des divinités dans le Mexique Central aux XVe et XVIe siècles, est préparée sous la direction de Sylvie Peperstraete. Il est également chargé de cours à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, où il enseigne le Nahuatl.

Inaugurant les sessions d’étude consacrées au Nouveau Monde Loïc Vauzelle a au cours de son exposé opéré une présentation synthétique de l’impérialisme aztèque dont nous évoquerons ici les axes principaux. Insistant sur la nécessité d’éviter de plaquer des concepts trop purement « occidentaux » sur l’histoire mésoaméricaine, Mr Vauzelle a dans un premier temps rappelé certaines des spécificités de celle-ci, notamment sur le plan politique. 

Un Empire organisé sur la structure de la cité-Etat

Il convient de constater que l’aire de civilisation mésoaméricaine a su proposer une synthèse originale entre la structure de la cité-Etat et celle de l’empire, la première ayant été absorbée par la seconde sans pour autant disparaître. Toute analyse de la culture aztèque ne peut faire l’impasse sur cette réalité, et doit ainsi accorder une grande importance à l’histoire des cités et de leurs interactions. Rappelons que « l’empire aztèque » était fondamentalement constitué par la fameuse triple alliance des cités de Tenochtitlan (épicentre du pouvoir aztèque) et celles de Texcoco, et Tlacopan, aux compositions ethniques différentes.

Mythification et réécriture de l’Histoire

Revenant plus précisément à l’histoire du peuple aztèque, Loïc Vauzelle note que celui-ci fut longtemps soumis aux Tépanèques, et recourut à une véritable et systématique réécriture de l’histoire. Ceci pour glorifier son passé mythique et accompagner son ascension politique. La mémoire de la grandeur des autres peuples fut largement effacée par la jeune puissance aztèque, même si elle persistait en certaines occasions à se réclamer du vénérable héritage des Toltèques. Cette mythification du passé et de la destinée manifeste du peuple aztèque ne serait que l’une des nombreuses composantes d’un impérialisme décomplexé.

Les fondements idéologiques et sociaux d’un Empire rationnellement administré

Le cœur de l’impérialisme aztèque est à bien des égards constitué par sa religion officielle, promouvant une royauté sacrée aux allures guerrières. Le souverain ou Tlatoani occupe une fonction cosmique, et représente la source depuis laquelle s’organise  l’ordre social, ses ministres et sujets gravitant autour de lui en cercles concentriques. Le Tlatoani entretient des liens particulièrement étroits avec une noblesse guerrière dont l’idéologie de sacrifice et les conquêtes contribuent à assurer l’ordre de l’univers comme celui de la société. Avec l’essor de l’empire allait également se cristalliser la notion de Huey Tlatoani, soit Grand Souverain ou Empereur, réclamant la centralisation accrue d’un pouvoir sans limites.

La description de l’administration pratique de l’empire nous conduit à déplacer notre regard du champ de l’idéologie vers celui de l’économie. En effet, l’organisation impériale cherchait avant tout à favoriser l’acquisition de bénéfices matériels. Les Aztèques exigeaient en effet de leurs  provinces un tribut régulier et conséquent, leur accordant en retour une relative autonomie, notamment sur le plan culturel. L’empire aztèque fut ainsi articulé sur des logiques bien diverses, et ne saurait être appréhendé par des paradigmes réducteurs.

Impérialisme ou hégémonie ?

Au vu de ces éléments, Mr Vauzelle a dégagé au cours de son exposé la question de l’hégémonie, telle qu’elle avait été théorisée par les Grecs à l’heure de la domination athénienne, et s’est demandé si cette forme de pouvoir (considérée comme plus lâche et consensuelle que celle exercée par un empire) ne pouvait pas mieux correspondre à la situation mésoaméricaine sous domination aztèque. Au cours de la discussion qui suivit l’exposé, Hadrien Bru s’interrogea toutefois sur la pertinence de la distinction entre impérialisme et hégémonie, considérant que ce dernier terme se révèle pour le moins euphémistique au vu de la violence qu’une Athènes souvent tyrannique pouvait à l’occasion exercer sur ses vassaux grecs récalcitrants (destructions de cités, mise en esclavage de populations entières, etc.).

La présentation de Loïc Vauzelle fut suivie par celle de Nadine Béligand, qui la compléta en abordant l’impérialisme aztèque sous un angle différent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *