« Les fondements idéologiques de l’Empire almohade. Maghreb et al-Andalus XIIe-XIIIe siècles », par Pascal Buresi

Compte-rendu de l’intervention de Pascal Buresi par Elsa Crousier

Pascal Buresi est directeur de recherche au CNRS, directeur d’études cumulant à l’EHESS, HDR, et directeur de l’IISMM (Institut d’études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman). Il a travaillé en particulier sur la frontière entre chrétienté et islam au Moyen-Âge dans la Péninsule Ibérique, sur l’aspect territorial des croyances religieuses, et dirige actuellement un programme intitulé « Histoire et historicité de la langue arabe et de l’islam ».

Faisant suite à Hadrien Bru, dont la communication visait à montrer les principales caractéristiques de l’Empire romain, Pascal Buresi analyse comment l’Empire almohade, au XIIe siècle, s’inscrit dans la continuité des empires antiques, avant de nous éclairer sur les spécificités de l’Empire almohade.

Résumé : Au XIIe siècle, pour la première fois de l’histoire, et la dernière, les populations du Maghreb unifient sous une domination unique toute l’Afrique septentrionale, de la Libye actuelle jusqu’au Maroc, ainsi que le sud de la péninsule Ibérique. Les Almohades (ou Unitariens), comptant sur le soutien des tribus berbères de l’Occident musulman, prétendent à la direction de la totalité de l’Islam et appuient leur revendication sur les écrits des plus grands penseurs de l’époque, en particulier Ibn Tufayl et son célèbre confrère Averroès (m. 1199). Titulature princière, système monétaire et administratif, architecture civile et religieuse, arts palatiaux, programme d’éducation populaire… tout concourt à la mise en place d’un Empire qui serait l’achèvement de la prophétie muhammadienne. Héritière des empires antiques, romains et byzantins, en même temps que des premiers califats et imâmats musulmans, la structure almohade eut une influence qui se prolongea longtemps après sa disparition en 1269.

Les débuts de l’Empire arabe, dans la continuité des Empires antiques 

Quelques éléments sont semblables aux Empires antiques : fiscalité, cadastrage des terres, éternité du pouvoir, absence de limites…

– Frontières et périphéries

L’Empire de l’islam est un empire méditerranéocentré. Il est le premier pouvoir impérial mis en place qui réunifie Orient et Occident, sur les pas d’Alexandre le Grand. Au sein de l’Empire, on retrouve un certain nombre d’éléments de continuité, comme la fiscalité (au cœur des droits musulmans, elle suit le modèle romain-byzantin et se met en place sur plusieurs décennies).

– Evolution

L’Empire arabe à l’époque Omeyyade (661-760), permet l’intégration des non arabes et non musulmans. Au début, il s’inscrit dans la continuité de l’Empire romain d’Orient ou byzantin (la langue administrative est le grec, le souverain est représenté comme un basileus…). Puis peu à peu se produit une arabisation (monnaies, administration…), principalement avec la dynastie des Abbassides (750-1258), ainsi qu’un glissement vers l’orient irano-perse, comme le montre le passage de la capitale de Damas à Bagdad (en 762).

Quand le premier Empire omeyyade se met en place, la majorité de la population est non-musulmane. Les minorités ont un statut de tributaires et paient un impôt (capitalisation et impôt foncier), permettant aux non-musulmans de garder leurs particularités, de pratiquer leur culte (mais nombre d’entre eux se convertissent car les taxes sont très lourdes).

– Droit

Le droit est un droit personnel. Il existe une loi qui s’applique sur un territoire avec des statuts personnels différents, ainsi qu’une délégation aux communautés : les non-musulmans se jugent entre eux, avec des juges de leur communauté. Ce n’est que sur demande qu’ils peuvent faire intervenir le juge de l’Empire.

 

Spécificités de l’Empire almohade

L’Empire almohade (XIIe-XIIIe siècles) est particulier : c’est la seule fois de l’histoire où les populations indigènes créent un empire, unifient le Maghreb, avec une idéologie impériale très forte. La région est unifiée politiquement avec la conquête d’Al Andalus. C’est aussi la première fois que l’Empire va si loin : de la Libye actuelle jusqu’à la péninsule Ibérique. La langue parlée est le berbère. Ce pouvoir s’insère dans la continuité du système de pensée du Proche Orient : califat, succession du prophète, prétention à l’universalisme (imamat-califat).

– Prétention à l’universalisme

Le titre de califat lui est donné (premier guide), rejetant la souveraineté abbasside. Il ne peut y avoir qu’un seul guide pour l’ensemble de la communauté, mais un éclatement avec les califats locaux se produit, car chacun prétend à la direction de l’ensemble.

Les Almohades revendiquent aussi le titre d’imam, calife, prince des croyants. Les signes du rang califal sont, notamment, le droit de faire prononcer le nom du souverain à la prière du vendredi (khutba) à la mosquée, et de frapper la monnaie.

– Idéologie et Mahdi

Les Almohades développent une idéologie, un dogme impérial élaboré par les plus grands penseurs de l’époque comme Averroès et son maître Ibn Tûmart. Cette idéologie s’appuie sur l’idée qu’un messie annoncera la fin des temps : Mahdi. Il est reconnu en Ibn Tûmart, qui se proclame Mahdi et « impeccable », inspiré par Dieu et reconnu (en 1130). Il va fonder cet empire et le mettre en place sous son règne par la guerre.

Le nouveau pouvoir utilise les textes sacrés, prophéties et Hadith pour asseoir la légitimité de l’Empire : « L’islam est apparu comme un étranger et il reviendra étranger [à la fin des temps]. Bénis soient les étrangers ». C’est la racine du mot Maghreb : maghrib (« lisan al-gharbi »). Les berbères, occidentaux, sont le nouveau peuple élu (opposition entre « gharb » / « charb ») ; ils se détachent de l’Orient : la lumière est désormais à l’Occident.

– Réforme monétaire.

Suite à la victoire almohade sur les Almoravides, le dinar almoravide est remplacé par le dirhem almohade. La monnaie est soit carrée, comme dans la prophétie, soit dessine un carré dans le cercle de la pièce, et l’écriture est différente.

– Culte impérial

Les souverains accumulent les titres (imam, calife, bien guidé, prince des croyants).

Le berceau almohade est le hameau de Tinmâl (au Maroc actuel), c’est là que Mahdi Tûmart est enterré, donnant lieu à un culte important à cet endroit.

– Recentrage du pèlerinage et direction de la prière

Théoriquement, la Qibla devrait être une orientation vers La Mecque. Mais la Qibla omeyyade mise en place est quelque peu différente, car les Omeyyades de Cordoue se conçoivent comme les héritiers de Damas en tout point. La direction de la prière est celle qui prévaut en Syrie (sud légèrement est). Les Almohades la réorientent davantage vers le sud, en direction de Tinmâl. De même, pour les pèlerinages, comme le souverain ne peut pas partir pendant plusieurs années, la visite pieuse est officialisée à Tinmâl, pour des raisons pratiques.

– Gestion de la diversité : une conception holistique de la société

L’Empire almohade se caractérise la suppression de la dhimma (régime juridique auquel sont soumis les non-musulmans). L’idée est de faire du Maghreb la même chose que dans l’enceinte sacrée de la Mecque et de Médine : un espace sacré, pur, monothéiste. Par conséquent, juifs, chrétiens et non musulmans sont contraints de se convertir ou de s’exiler. Il en va de même pour les musulmans, qui doivent se convertir à l’almohadisme ; l’adhésion à la foi vaut pour tous. Les mosquées de l’Empire sont des grands centres de diffusion du message impérial.

– Politique maritime

Pour définir la dimension impériale d’un pouvoir, l’un des critères était sa politique maritime. Il y a effectivement une importante politique navale dans l’Empire almohade, de construction d’une flotte et de contrôle des voies commerciales. Les Almohades prennent en charge et développent de nombreux échanges commerciaux. Mais cette flotte a aussi une dimension militaire (lorsque Saladin, apprend que la troisième croisade se met en place, il fait appel à la flotte almohade, en 1190).

 

Conclusion

Le système almohade mis en place correspond au dogme du tawhid : l’unicité, l’unitarisme, le monothéisme absolu. Se développe alors une islamisation de la population jusqu’à la Tripolitaine (Lybie actuelle).

 

Compléments :

– Sur la langue : voir le dernier numéro des Annales (http://annales.ehess.fr/index.php?451). Dans l’administration, chez les élites, la langue principale est le berbère, mais l’essentiel des sources est en arabe.

– Sur le rapport au temps : perception d’une fin et d’un recommencement, idée de cycle et vision eschatologique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *