Archives de catégorie : Idéologies impériales et notion d’empire en perspective comparée

« Les fondements idéologiques de l’Empire almohade. Maghreb et al-Andalus XIIe-XIIIe siècles », par Pascal Buresi

Compte-rendu de l’intervention de Pascal Buresi par Elsa Crousier

Pascal Buresi est directeur de recherche au CNRS, directeur d’études cumulant à l’EHESS, HDR, et directeur de l’IISMM (Institut d’études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman). Il a travaillé en particulier sur la frontière entre chrétienté et islam au Moyen-Âge dans la Péninsule Ibérique, sur l’aspect territorial des croyances religieuses, et dirige actuellement un programme intitulé « Histoire et historicité de la langue arabe et de l’islam ».

Faisant suite à Hadrien Bru, dont la communication visait à montrer les principales caractéristiques de l’Empire romain, Pascal Buresi analyse comment l’Empire almohade, au XIIe siècle, s’inscrit dans la continuité des empires antiques, avant de nous éclairer sur les spécificités de l’Empire almohade.

Résumé : Au XIIe siècle, pour la première fois de l’histoire, et la dernière, les populations du Maghreb unifient sous une domination unique toute l’Afrique septentrionale, de la Libye actuelle jusqu’au Maroc, ainsi que le sud de la péninsule Ibérique. Les Almohades (ou Unitariens), comptant sur le soutien des tribus berbères de l’Occident musulman, prétendent à la direction de la totalité de l’Islam et appuient leur revendication sur les écrits des plus grands penseurs de l’époque, en particulier Ibn Tufayl et son célèbre confrère Averroès (m. 1199). Titulature princière, système monétaire et administratif, architecture civile et religieuse, arts palatiaux, programme d’éducation populaire… tout concourt à la mise en place d’un Empire qui serait l’achèvement de la prophétie muhammadienne. Héritière des empires antiques, romains et byzantins, en même temps que des premiers califats et imâmats musulmans, la structure almohade eut une influence qui se prolongea longtemps après sa disparition en 1269.

Continuer la lecture de « Les fondements idéologiques de l’Empire almohade. Maghreb et al-Andalus XIIe-XIIIe siècles », par Pascal Buresi

« Territoire, guerre et politique à l’époque aztèque », par Loïc Vauzelle

Compte rendu de l’intervention de Loïc Vauzelle par Quentin Schwanck.

Loïc Vauzelle est doctorant contractuel à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes à Paris, au sein du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités. Sa thèse d’ethnohistoire, Parures et attributs des divinités dans le Mexique Central aux XVe et XVIe siècles, est préparée sous la direction de Sylvie Peperstraete. Il est également chargé de cours à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, où il enseigne le Nahuatl.

Inaugurant les sessions d’étude consacrées au Nouveau Monde Loïc Vauzelle a au cours de son exposé opéré une présentation synthétique de l’impérialisme aztèque dont nous évoquerons ici les axes principaux. Insistant sur la nécessité d’éviter de plaquer des concepts trop purement « occidentaux » sur l’histoire mésoaméricaine, Mr Vauzelle a dans un premier temps rappelé certaines des spécificités de celle-ci, notamment sur le plan politique.  Continuer la lecture de « Territoire, guerre et politique à l’époque aztèque », par Loïc Vauzelle

« L’imperium Romanum : du droit à la justification idéologique », par Hadrien Bru

Compte rendu de la communication d’H.Bru par Frédéric Spillemaeker

Hadrien Bru est Maître de Conférences (H.D.R.) à l’Université de Franche-Comté à Besançon, membre de l’Institut des Sciences et des Techniques de l’Antiquité. Son dernier ouvrage (avec G. Labarre et G. Tirologos) s’intitule Espaces et territoires des colonies romaines d’Orient, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2015.

Afin d’introduire la journée d’études, la communication d’Hadrien Bru nous permet d’examiner les racines de la notion d’empire dans le contexte occidental, mais aussi de comprendre comment elle s’est forgée au contact de différentes civilisations, en particulier des peuples aux confins de l’Empire romain comme les Parthes, les Scythes ou les Arabes. La mise en lumière du fonctionnement des structures de la domination impériale romaine nous amène ensuite, au fil de la journée, à raisonner par comparaison, en réfléchissant aux formes d’exercice du pouvoir dans d’autres espaces, a priori totalement différents, comme la Mésoamérique des Aztèques.

L’idéologie de l’Imperium romanum peut être comprise comme une domination s’exerçant à trois niveaux : une « fiction juridique », une emprise culturelle gréco-latine et enfin une justification de la violence de la conquête. Continuer la lecture de « L’imperium Romanum : du droit à la justification idéologique », par Hadrien Bru